La Cie Aminata Sanou-Tamadia International présente la 6ème édition du Festival Tamadi’Arts « Les rencontres artistiques et culturelles de Carvin » Du 15 au 21 mai 2017 à Carvin. Le rendez-vous du spectacle et des découvertes à ne pas rater !

15894257_1800684406815053_1732044122319199519_n

C’est en 2012 que l’aventure du Festival Tamadi’Arts a commencé à Carvin, dans le Pas-de-Calais en région Haut de France. La danseuse et chorégraphe burkinabè Aminata Sanou en est à l’initiative.

217_7CJBB01JA0

L’ADN DU FESTIVAL: ORIGINALITÉ & SINGULARITÉ!  

Cette rencontre, qui sera à sa 6ème édition en mai 2017, compte désormais parmi les grands événements de l’agenda culturel de Carvin. Cette édition 2017 du Festival Tamadi’Arts se présente sous le signe de l’innovation avec un programme riche et diversifié. D’année en année, le Festival Tamadi’Arts de Carvin grandit et gagne en notoriété. Chaque édition de ce festival pluridisciplinaire concrétise un peu plus l’ambition de la Compagnie Aminata Sanou-Tamadia International qui vise à valoriser la culture africaine. Les rencontres artistiques et culturelles de Carvin sont un peu l’expression de l’autre Afrique, celle qui tranche avec les clichés que certains médias affichent. En effet, riche de sa diversité culturelle et à travers ses ambassadeurs, l’Afrique se retrouve à Carvin pour s’accorder dans la joie et la paix autour du thème « Culture, économie, éducation et cohésion sociale ».

UNE PROGRAMMATION ALLÉCHANTE!

Pour sa 6ème édition, le programme du Festival Tamadi’Arts s’annonce des plus attrayants:

1-Formation professionnelle en danse contemporaine et en scénographie animé par le chorégraphe Olivier Tarpaga de la Cie Baker & Tarpaga Dance Project qui nous vient des Etats-Unis.

17836898_10210548727772721_189563193_o

 

2-Parallèlement, l’équipe de la Cie Aminata Sanou interviendra en danse, capoeira, musique, conte et théâtre dans certaines écoles primaires, collèges et instituts médicaux-éducatifs de la région. Des stages de Gumboots (Afrique du Sud) ou danse africaine percussive, de danses traditionnelles d’Afrique de l’ouest, de Kora (harpe africaine), de danse Afro Hip-Hop and House complèteront le chapitre des ateliers et workshop. Ils seront animés par les chorégraphes Aminata Sanou, Seny Bangoura et Sabrina Allam et les percussions (doum-doum et calebasse) par Moussa Sanou.

3- Le jeudi 18 mai, le Farafina, bar situé à Lille donne « carte blanche » au Festival Tamadi’Arts pour une soirée acoustique par le groupe Yiriba Lily à l’ambiance bigarrée et chamarrée.

17836973_10210548727452713_721151040_o

4-A partir du vendredi 19 mai, le plateau danse débute. En lever de rideau, le public pourra apprécier « Dikakanyo : Conversation With Myself » du chorégraphe Sud-Africain Diwélé Lubi. A travers son solo, il rend hommage à Nelson Mandela. Cet émouvant et beau spectacle traduit les questionnements, l’introspection d’un homme incarnant l’espoir en l’humanité et le courage. Ce solo rend ainsi sensible l’épreuve de l’enfermement, du confinement et du combat individuel. Il met en lumière les grandes étapes de l’histoire sud-africaine contemporaine tout en posant le problème de l’altérité et de la différence. Ce spectacle exprime des idées relevant encore de l’actualité en ce 21ème siècle. L’autre plateau danse de la soirée du 19 mai est le spectacle « Le temps des Griots » de la Cie Aminata Sanou. C’est une pièce chorégraphique pour trois musiciens et cinq danseurs où les artistes se mettent dans la peau du Griot, personnage incarnant l’absolu de la parole sacrée en Afrique. Un spectacle émouvant où l’on retrouve la joie de vivre, l’amour mais aussi la souffrance, caractérisant la vie.

Le spectacle « Batucadance » clôturera cette soirée danse en beauté.

17837834_10210548728612742_1165258705_o

5-Le samedi 20 mai, l’ambiance va monter d’un cran avec Ba Cissoko en concert et le groupe BalaNyama en 1ère partie. « Le Métaphone hors les murs / le 9-9bis en coproduction avec les associations Carvin Culture et Tamadia International ». BalaNyama: Trois musiciens sur scène et trois balafons, un savant mélange de cadences latinos et de musiques africaines, la richesse des arrangements. BalaNyama et sa folie du balafon nous fait voyager sur les lames de cet instrument roi, à la redécouverte de ses traditions et aussi de compositions originales.

17797684_10210548729132755_48934647_o

6-Pour clôturer le programme de cette 6ème édition du Festival Tamadi’Arts, le dimanche 21 mai, le chorégraphe Aguibou Bougobali Sanou, également directeur artistique de In-Out Dance Festival au Burkina Faso, animera une table ronde sur le thème « la danse du sacrée au profane en Afrique de l’Ouest ».

17820413_10210548727212707_557292766_o

7-Et toujours dans l’ambiance, pour finir en beauté, la Cie invite le public à découvrir Baker & Tarpaga Dance Project, un projet de performance international fondé en 2004 par Esther et Olivier Tarpaga qui viennent des États Unis. Leurs projets se basent sur une pédagogie moderne et adaptée alliant théâtre, danse et musique.

17820564_10210548727932725_675783735_o

8-Les spectacles du 21 mai sont gratuits tout comme l’accès au Salon Artisanal Afro Ethnik qui se tient toute la semaine du festival. Le Festival Tamadi’Arts innove. Le Salon Artisanal Afro Ethnik vient enrichir le programme de cette 6ème édition. Ce « nouveau concept d’exposition-vente à Carvin » a été créé dans le but de promouvoir les artistes et les créateurs qui contribuent au développement de l’art africain et de valoriser leurs oeuvres. Tout au long du festival, au-delà des stages de danses et de percussions, des spectacles et concerts, les visiteurs auront la possibilité d’entrer en contact avec les artisans autour de diverses expositions, conférences et ateliers. Notons plusieurs ateliers sur la réalisation et le port du turban, le maquillage, la couture, l’art de faire du neuf avec du vieux, la teinture Bogolan… Les amoureux de la littérature africaine en auront également pour leur goût car des stands seront réservés spécialement à cet effet.

17813807_10210548728892749_1895329273_n

9-Une rencontre dédicace est prévue le 20 mai à la Librairie La Plume d’Or de Carvin, avec l’écrivain Justin Stanislas Drabo du Burkina Faso. Ce sera l’occasion pour le public de découvrir une des fines plumes du Burkina Faso et de s’immerger dans la littérature écrite burkinabé, nourrie aux sources vivifiantes de l’oralité.

17819790_10210548727092704_1973053702_o

« Rien n’a été oublié pour la réussite de l’événement et pour la satisfaction du public », assure Aminata Sanou.

TEASER VIDEO

INFOS + CONTACTS

Cie Aminata Sanou-Tamadia International /19 rue Louis Pasteur, 62220 Carvin (France)
07 58 79 44 53 / tamadia.international@yahoo.fr / www.cie-aminatasanou.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.